mercredi, juin 19, 2024
Recherches Lacan

LXVIII D'un discours qui ne serait pas du semblant 1970 – 1971 Leçon du 17 février 1971

Leçon  du 17 février 1971

Avant le séminaire, Lacan écrit au tableau la citation de Meng-Tzu, reproduite en page 67. — Ça, c’est le nom de l’auteur de cette menue formule… — Plus fort ! — Ça, c’est le nom de l’auteur de cette menue formule ! — Merci. — Cette menue formule, auquel, malgré qu’elle ait été écrite vers 250 avant J.-C., en Chine comme vous le voyez, au chapitre 2, au Livre IV, deuxième partie, quelquefois c’est classé autrement, alors dans ce cas-là ce sera la partie VIII, au Livre IV, deuxième partie paragraphe 26 de Meng-Tzu, ce que les jésuites appellent Mencius, puisque ce sont eux qui ont fait, bien avant l’époque où il y a eu des sinologues, c’est-à-dire le début du XIXe siècle, pas avant ; j’ai eu le bonheur d’acquérir le premier livre sur lequel se soient trouvées conjointes une plaque d’impression chinoise, c’est pas tout à fait la même chose que le premier livre où il y ait eu à la fois des caractères chinois et des caractères européens, c’est le premier livre où il y a eu une plaque d’impression chinoise avec des choses écrites, des choses imprimées, de notre crû. C’est une traduction des fables d’Esope. Ça, c’est paru en 1840, et ça se targue, à juste titre, d’être le premier livre où se soit réalisée cette conjonction. Mil huit cent quarante, dites-vous que c’est à peu près, justement, la note du moment où il y a eu des sinologues. Les jésuites étaient depuis bien longtemps en Chine, comme peut-être certains s’en souviennent. Ils ont failli faire la conjonction de la Chine avec ce qu’ils représentaient au titre de missionnaires. Seulement ils se sont laissés un peu, un peu impressionner par les rites chinois, et comme vous le savez peut-être, en plein XVIIIe siècle, ça leur a fait quelques ennuis avec Rome, qui n’a pas montré en l’occasion une particulière acuité politique. Ça lui arrive, à Rome. Enfin, dans Voltaire, si vous lisez Voltaire, mais bien sûr personne ne lit plus Voltaire, vous avez bien tort, c’est tout plein de choses ; dans Voltaire, il y a, très exactement dans Le Siècle de Louis XIV, un appendice, je crois, ça forme un libelle particulier, un grand développement sur cette Querelle des Rites, dont beaucoup de choses dans l’histoire se trouvent maintenant en position de filiation. Quoi qu’il en soit donc, c’est de Mencius qu’il s’agit, et Mencius écrit ceci — puisque je l’ai écrit au tableau,…, pour commencer ça ne fait pas à proprement parler partie de mon discours d’aujourd’hui, c’est pour ça que je le case avant l’heure pile de midi et demi —, je vais vous dire, ou je vais essayer de vous faire sentir ce que ça veut dire, et puis ça nous mettra dans le bain concernant ce qui est l’objet à proprement parler de ce que je veux énoncer aujourd’hui, c’est à savoir que… dans ce qui nous préoccupe, quelle est la fonction de l’écriture. Comme l’écriture, ça existe en Chine depuis… un temps immémorial, je veux dire bien avant que nous en ayons à proprement parler des ouvrages, l’écriture existait déjà depuis extrêmement longtemps, on ne peut pas évaluer depuis combien de temps elle existait ; cette écriture a, en Chine, un rôle tout à fait pivot, dans un certain nombre de choses qui se sont passées, et c’est assez… c’est assez éclairant sur ce que nous pouvons penser de la fonction de l’écriture. Il est certain que l’écriture a joué un rôle tout à fait décisif dans le support de quelque chose, de quelque chose auquel nous avons à…, cet accès-là et rien d’autre, à savoir un type de structure sociale qui s’est soutenu très longtemps et d’où, jusqu’à une époque récente, on pouvait conclure qu’il y avait une toute autre filiation quant à ce qui se supportait en Chine, que ce qui s’était engendré chez nous, et nommément par un de ces phylum qui se trouvent nous intéresser particulièrement, à savoir le phylum philosophique en tant que, je l’ai pointé l’année dernière, il est nodal pour comprendre ce dont il s’agit quant au discours du maître.

Alors, voilà comment s’énonce cet exergue ; comme je vous l’ai déjà montré au tableau la dernière fois, ceci désigne le ciel, ça se dit tien. T’ien hsia, c’est sous le ciel, tout ce qui est sous le ciel ; ici c’est un déterminatif tchih, il s’agit de quelque chose qui est dessous le ciel ; qu’est-ce qui est dessous le ciel, c’est ce qui vient après. Ce que vous voyez là n’est autre chose que la désignation de la parole, que dans l’occasion nous énoncerons yen. Yen hsing, je l’ai déjà mis au tableau la dernière fois, en vous signalant que ce hsing, c’était justement un des éléments qui nous préoccuperont cette année, pour autant que le terme qui en approche le plus, c’est celui de la nature. Et yeh est quelque chose qui conclut une phrase sans dire à proprement parler qu’il s’agit de quelque chose de l’ordre de ce que nous énonçons est, être, c’est une conclusion ; c’est une conclusion ou disons une ponctuation, car la phrase continue ici puisque les choses s’écrivent de droite à gauche, la phrase continue ici par un certain tse qui veut dire par conséquent, ou qui en tout cas indique le conséquent. Alors, voyons donc ce dont il s’agit. Yen ne veut rien dire d’autre que le langage, mais comme tous les termes énoncés dans la langue chinoise, c’est susceptible aussi d’être employé au sens d’un verbe. Donc ça peut vouloir dire à la fois la parole et ce qui parle, et qui parle quoi ? Ça serait dans ce cas ce qui suit, à savoir hsing, la nature, ce qui parle de la nature sous le ciel, et yeh serait une ponctuation. Néanmoins, et c’est en cela qu’il est intéressant de s’occuper d’une phrase de la langue écrite, vous voyez que vous pourriez couper les choses autrement et dire : la parole, voire le langage, car s’il s’agissait de préciser la parole, nous aurions un autre caractère légèrement différent, à ce niveau tel que donc il est ici écrit, ce caractère peut aussi bien vouloir dire parole que langage. Ces sortes d’ambiguïtés sont tout à fait fondamentales dans l’usage de ce qui s’écrit, très précisément, et c’est ce qui en fait la portée de ce que j’écris. Comme je vous l’ai fait remarquer, comme je vous l’ai fait remarquer au départ de mon discours de cette année, et plus spécialement la dernière fois, c’est très précisément en tant que la référence quant à tout ce qui est du langage est toujours indirecte que le langage prend sa portée. Nous pourrions donc dire aussi : le langage, en tant qu’il est dans le monde, qu’il est sous le ciel, le langage, voilà ce qui fait hsing, la nature, car cette nature n’est pas, au moins dans Meng-Tzu, n’importe quelle nature, il s’agit justement de la nature de l’être parlant, celle dont, dans un autre passage, il tient à préciser que, il y a une différence entre cette nature et la nature de l’animal, une différence, ajoute-t-il, pointe-t-il en deux termes qui veulent bien dire ce qu’ ils veulent dire, « une différence infinie ». Et qui peut-être est celle qui est définie là. Vous le verrez d’ailleurs, que nous prenions l’une ou l’autre de ces interprétations, l’axe de ce qui va se dire comme conséquent n’en sera pas changé. Tse donc, c’est la conséquence ; en conséquence, ku, c’est ici, ku, en conséquence, c’est de cause — car cause ne veut pas dire autre chose, quelle que soit l’ambiguïté que, un certain livre, un certain livre qui est celui-ci, Mencius on the mind, à savoir un livre commis par un nommé Richards, qui n’était certainement pas le dernier venu — Richards et Ogden sont les deux chefs de file d’une position née en Angleterre et tout à fait conforme à la meilleure tradition de la philosophie anglaise, qui ont constitué au début de ce siècle la doctrine appelée logico-positivisme, dont le livre majeur s’intitule The Meaning of Meaning. C’est un livre auquel vous trouverez déjà allusion dans mes Ecrits avec une certaine position dépréciative de ma part.

The Meaning of Meaning veut dire le sens du sens. Le logico-positivisme procède de cette exigence qu’un texte ait un sens saisissable, ce qui l’amène à une position qui est celle-ci que, un certain nombre d’énoncés philosophiques se trouvent en quelque sorte dévalorisés au principe du fait qu’ils ne… qu’ils ne donnent aucun résultat saisissable quant à la recherche du sens. En d’autres termes, pour peu qu’un texte philosophique soit pris en flagrant délit de non-sens, il est mis pour cela même hors de jeu. Il n’est que trop clair que c’est là une façon d’élaguer les choses qui ne permet guère de s’y retrouver car si nous partons du principe que quelque chose qui n’a pas de sens ne peut pas être essentiel dans le développement d’un discours, nous perdons le fil, tout simplement. Je ne dis pas bien sûr qu’une telle exigence ne soit un procédé, mais que ce procédé nous interdise en quelque sorte toute articulation dont le sens n’est pas saisissable, c’est quelque chose qui, par exemple, peut, aboutira à ceci par exemple que nous ne pourrons plus faire usage du discours mathématique, dont, de l’aveu des logiciens les plus qualifiés, ce qui le caractérise, c’est que, il se peut qu’en tel ou tel de ses points, nous ne puissions plus lui donner aucun sens, ce qui ne l’empêche pas précisément d’être, de tous les discours, celui qui se développe avec le plus de rigueur. Nous nous trouvons d’ailleurs de ce fait en un point qui est tout à fait essentiel à mettre en relief concernant la fonction de l’écrit. Donc, c’est de ku qu’il s’agit, c’est de ku qu’il s’agit et en tant que i wei, car je vous ai déjà dit que ce wei qui peut dans certains cas vouloir dire agir voire même quelque chose qui est de l’ordre de faire encore que ce ne soit pas n’importe lequel, i ici a le sens de quelque chose comme avec, c’est avec que nous allons procéder comme, comme quoi ? comme li, c’est ici le mot sur lequel je vous pointe, je vous pointe ceci que li, je le répète, que ce li qui veut dire gain, intérêt, profit, et la chose est d’autant plus remarquable que précisément Mencius, Mencius dans son premier chapitre, se présentant à un certain prince, peu importe lequel, de ce qui constituait les Royaumes dits, dits par la suite être les Royaumes combattants, se trouve auprès de ce prince qui lui demande ses conseils, auprès de ce prince, marquer que, il n’est pas là pour lui enseigner ce qui fait notre loi présente à tous, à savoir de ce qui convient pour l’accroissement de la richesse du Royaume, et nommément de ce que nous appellerions la plus-value. S’il y a un sens qu’on peut donner rétroactivement à li, c’est bien de cela qu’il s’agit. Or, c’est bien là qu’il est remarquable de voir que ce que marque en l’occasion Mencius, c’est que à partir donc de cette parole qui est la nature, ou si vous voulez de la parole qui concerne la nature, ce dont il va s’agir, c’est d’arriver à la cause, en tant que ladite cause, c’est li, erh, i i, ce qui veut dire le li, erh est quelque chose qui veut à la fois dire comme et, et comme mais, erh i, c’est seulement ça, et pour qu’on n’en doute pas, le i qui termine, qui est un i conclusif, ce i a le même accent de seulement. C’est li, et ça suffit. C’est là que je me permets en somme de reconnaître que, pour ce qui est des effets du discours, pour ce qui est dessous le ciel, ce qui en ressort n’est autre que la fonction de la cause en tant qu’elle est le plus de jouir. Vous verrez, à vous référer à ce texte de Meng-Tzu, vous avez deux façons de le faire, vous le procurer d’une part dans l’édition en somme très très bonne qui en a été donnée par un jésuite de la fin du XIXe siècle, un nommé Wieger, dans une édition des Quatre Livres fondamentaux du Confucianisme ; vous avez une autre façon, c’est de vous emparer de ce Mencius on the Mind qui est paru chez Kegan Paul à Londres. Je ne sais pas s’il en existe actuellement beaucoup d’exemplaires encore available, comme on dit, mais après tout ça vaut la peine de, pourquoi pas, d’en faire faire pour ceux qui seraient curieux de se reporter à quelque chose d’aussi fondamental, pour un certain éclairage d’une réflexion sur le langage qu’est le travail d’un néo-positiviste et qui n’est certainement pas négligeable, le Mencius on the Mind donc, de Richards, se procure à Londres chez Kegan Paul. Et ceux qui trouveront bon de se donner la peine d’en avoir un exemplaire, s’ils ne peuvent pas se procurer [le volume], se faire une photocopie, peut-être, n’en comprendront que mieux un certain nombre de références que j’y prendrai cette année car j’y reviendrai.

Autre chose donc est de parler de l’origine du langage, et autre chose de sa liaison à ce que j’enseigne, à ce que j’enseigne conformément à ce que j’articule, que j’ai l’année dernière articulé comme le discours de l’analyste. Car vous ne l’ignorez pas, la linguistique a commencé avec Humboldt par cette sorte d’interdit, de ne pas se poser la question de l’origine du langage, faute de quoi bien sûr on s’égare. Ce n’est pas rien que quelqu’un se soit avisé en pleine période de mythification génétique, c’était le style au début du siècle 19, ait posé que rien, à jamais, ne serait situé, fondé, articulé, concernant le langage, si on ne commençait pas d’abord par interdire les questions de l’origine. C’est un exemple qui aurait bien dû être suivi ailleurs, ça nous aurait évité bien des élucubrations du type de celles qu’on peut appeler primitivistes, il n’y a rien de tel que la référence au primitif pour… primitiver la pensée. C’est elle-même qui régresse régulièrement à la mesure même de ce qu’elle prétend découvrir comme primitif. Le discours de l’analyste, faut bien que je vous le dise, puisqu’en somme vous ne l’avez pas entendu, le discours de l’analyste n’est rien d’autre que la logique de l’action. Vous l’avez pas entendu, pourquoi ? Parce que dans ce que j’ai articulé l’année dernière avec les petites lettres au tableau, sous cette forme, le petit a sur S2 et de ce qui se passe au niveau de l’analysant, à savoir la fonction du sujet en tant que barré et en tant que ce qu’il produit, ce sont des signifiants, et pas n’importe lesquels, des signifiants maîtres. C’est parce que c’était écrit et écrit comme ça, car je l’ai écrit à maintes reprises, c’est pour cela même que vous ne l’avez pas entendu. C’est en ça que l’écrit se différencie de la parole, et il faut y remettre de la parole et l’en beurrer sérieusement, mais naturellement non pas sans inconvénients de principe, pour qu’il soit entendu. On peut écrire donc des tas de choses sans que ça parvienne à aucune oreille. C’est pourtant écrit. C’est même pour ça que mes Ecrits, je les ai appelés comme ça. Ça a scandalisé comme ça du monde sensible, et pas n’importe qui. Il est très curieux que la personne que ça a littéralement convulsé soit une japonaise. Je commenterai ça plus tard. Naturellement ici ça n’a convulsé personne, la japonaise dont je parle n’est pas là. Et n’importe qui, qui est de cette tradition, saurait je pense à l’occasion comprendre pourquoi cette espèce d’effet d’insurrection s’est produit. C’est de la parole bien sûr que se fraie la voie vers l’écrit.

Mes Ecrits, si je les ai intitulés comme ça, c’est qu’ils représentent une tentative, une tentative d’écrit, comme c’est suffisamment marqué par ceci que ça aboutit à des graphes. L’ennui, c’est que, c’est que les gens qui prétendent me commenter partent tout de suite des graphes. Ils ont tort, les graphes ne sont compréhensibles qu’en fonction, je dirai, du moindre effet de style des dits Ecrits, qui en sont en quelque sorte les marches d’accès. Moyennant quoi l’écrit, l’écrit repris à soi tout seul, qu’il s’agisse de tel ou tel schéma, celui qu’on appelle L ou n’importe quoi, ou du grand graphe lui-même, présente l’occasion de toutes sortes de malentendus. C’est d’une parole qu’il s’agit, en tant bien sûr et pourquoi, qu’elle tend à frayer la voie à ces graphes qu’il s’agit, mais il convient de ne pas oublier cette parole, pour la raison qu’elle est celle même qui se réfléchit de la règle analytique qui est comme vous le savez : parlez, parlez, pariez, il suffit que vous paroliez, voilà la boîte d’où sortent tous les dons du langage, c’est une boîte de Pandore. Quel rapport donc avec ces graphes ? Ces graphes bien sûr, personne n’a encore osé aller jusque-là, ces graphes ne vous indiquent en rien quoi que ce soit qui permette de faire retour à l’origine du langage. S’il y a une chose qui y paraît tout de suite, c’est que non seulement ils ne la livrent pas, mais qu’ils ne la promettent pas non plus. Ce dont il va s’agir aujourd’hui est de la situation par rapport à la vérité qui résulte de ce qu’on appelle la libre association, autrement dit un libre emploi de la parole. Je n’en ai jamais parlé qu’avec ironie, il n’y a pas plus de libre association qu’on ne pourrait dire qu’est libre une variable liée dans une fonction mathématique, et la fonction définie par le discours analytique n’est bien évidemment pas libre, elle est liée. Elle est liée par des conditions que je désignerai rapidement comme celles du cabinet analytique. À quelle distance est mon discours analytique tel qu’il est ici défini par cette disposition écrite, à quelle distance est-il du cabinet analytique, c’est précisément ce qui constitue ce que nous appellerons mon dissentiment d’avec un certain nombre de cabinets analytiques. Aussi cette définition du discours analytique, pour pointer là où j’en suis, ne leur paraît pas s’accommoder aux conditions du cabinet analytique. Or, ce que mon — discours dessine, disons à tout le moins livre c’est une partie des conditions qui constituent le cabinet analytique. Mesurer ce qu’on fait quand on entre dans une psychanalyse, c’est quelque chose qui a bien son importance, mais en tout cas quant à moi, qui s’indique dans le fait que je procède toujours à de nombreux entretiens préliminaires. Une personne pieuse que je ne désignerai pas autrement trouvait, paraît-il, aux derniers échos, enfin à des échos d’il y a trois mois, au moins y avait-il une gageure intenable pour elle à fonder le transfert sur le Sujet supposé savoir, puisque par ailleurs la méthode implique qu’il se soutienne d’une absence totale de préjugés quant au cas. Le Sujet supposé savoir quoi, alors ? Me permettrai-je de demander à cette personne, si le psychanalyste doit être supposé savoir ce qu’il fait, et s’il le sait effectivement ? À partir de là, à partir de là on comprendra que je pose d’une certaine façon mes questions sur le transfert dans La direction de la cure par exemple, qui est un texte auquel je vois avec plaisir que dans mon école, puisqu’il se passe quelque chose de nouveau, c’est que dans mon école on se met à travailler au titre d’une école, c’est là quand même un pas assez nouveau pour être relevé, j’ai pu constater non sans plaisir qu’on s’était aperçu que dans ce texte, je ne tranche aucunement de ce qu’est le transfert.

C’est très précisément en disant le Sujet supposé savoir, tel que je le définis, que la question est… tout à fait reste entière de savoir si l’analyste peut être supposé savoir ce qu’il fait. Pour en quelque sorte prendre au départ, départ de ce qui aujourd’hui va être énoncé, et pour lequel ce petit caractère chinois car c’en est un celui-là, c’en est un, je regrette beaucoup que la craie ne me permette pas de mettre les accents que permet le pinceau, c’en est un qui a un sens, pour satisfaire aux exigences des logico-positivistes, c’est un sens dont vous allez voir qu’il est pleinement ambigu puisqu’il veut à la fois dire retors, qu’il veut dire aussi personnel, au sens de privé. Et puis il en a encore quelques autres. Mais ce qui me paraît remarquable, c’est sa forme écrite, et sa forme écrite va me permettre tout de suite de vous dire où se placent les termes autour desquels va tourner mon discours d’aujourd’hui. Si nous placions quelque part ici ce que j’appelle au sens le plus large — vous allez voir que c’est large,… je dois dire que je n’ai pas besoin, il me semble, de le souligner — les effets de langage, c’est ici que nous aurions à mettre ce dont il s’agit, à savoir où ils prennent leur principe. Là où ils prennent leur principe, c’est en cela que le discours analytique est révélateur de quelque chose qui, qu’il est un pas, j’ai essayé de le rappeler, encore qu’il s’agisse pour l’analyse, de vérités premières. C’est par là que je vais commencer tout de suite. Nous aurions ici alors le fait de l’écrit. Il est très important à notre époque, et à partir de certains énoncés qui ont été faits et qui tendent à établir de très regrettables confusions, de rappeler que tout de même l’écrit est non pas premier mais second par rapport à toute fonction du langage, et que néanmoins sans l’écrit, il n’est d’aucune façon possible de revenir questionner ce qui résulte au premier chef de l’effet de langage comme tel, autrement dit de l’ordre symbolique, c’est à savoir la dimension, pour vous faire plaisir, mais vous savez que j’ai introduit le terme de demansion, la demansion, la résidence, le lieu de l’Autre de la vérité. Je sais que cette demansion a fait question pour certains, les échos m’en sont revenus, eh bien ! Si demansion est en effet un terme, un terme nouveau que j’ai fabriqué et s’il n’a pas encore de sens, eh bien ! Ça veut dire que c’est à vous que ça revient de lui en donner un. Interroger la demansion de la vérité, de la vérité dans sa demeure, c’est quelque chose, là est le terme, la nouveauté de ce que j’introduis aujourd’hui, qui ne se fait que par l’écrit, et par l’écrit en tant que ceci, que, il n’est que de l’écrit que se constitue la logique.

Voici ce que j’introduis en ce point de mon discours de cette année, il n’y a de question logique qu’à partir de l’écrit, en tant que l’écrit n’est justement pas le langage. Et c’est en cela que j’ai énoncé qu’il n’y a pas de métalangage, que l’écrit même en tant qu’il se distingue du langage est là pour nous montrer que, si c’est de l’écrit que s’interroge le langage, c’est justement en tant que l’écrit ne l’est pas, mais qu’il ne se construit, ne se fabrique que de sa référence au langage. Après avoir posé ceci qui a l’avantage de vous frayer ma visée, mon dessein, je repars de ceci qui concerne ce point, ce point qui est de l’ordre de cette surprise par où se signale l’effet de rebroussement dont j’ai essayé de définir la jonction de la vérité au savoir, et que j’ai énoncé en ces termes qu’il n’y a pas de rapport sexuel chez l’être parlant. Il y a eu une première condition qui pourrait tout de suite nous le faire voir, c’est que le rapport sexuel, comme tout autre rapport au dernier terme, ça ne subsiste que de l’écrit. L’essentiel du rapport, c’est une application, a appliqué sur b (a —÷ b), et si vous ne l’écrivez pas a et b, vous ne tenez pas le rapport en tant que tel. Ça ne veut pas dire qu’il ne se passe pas des choses dans le réel. Mais au nom de quoi l’appelleriez-vous rapport ? Cette chose grosse comme tout suffirait déjà à rendre, disons, concevable, qu’il n’y ait pas de rapport sexuel, mais ça ne trancherait en rien le fait qu’on n’arrive pas à l’écrire. Je dirai même plus, il y a quelque chose qu’on a fait déjà depuis un bout de temps, c’est de l’écrire comme ça : ♂ ♀, en se servant de petits signes planétaires, à savoir rapport de ce qui est mâle à ce qui est femelle. Et je dirai même que depuis un certain temps, grâce au progrès qu’a permis l’usage du microscope, car n’oublions pas qu’avant Swammerdam, on ne pouvait en avoir aucune espèce d’idée, ceci… peut sembler articuler le fait que le rapport, si complexe soit-il, n’est-ce pas, si méiotique qu’en soit le procès par où des cellules dites gonadiques donnent un modèle de la fécondation d’où procède la reproduction, eh bien ! Il semble qu’en effet quelque chose soit là fondé, établi, qui permette de situer à un certain niveau dit biologique ce qu’il en est du rapport sexuel. L’étrange assurément — et après tout mon Dieu ! Pas tellement tel, mais je voudrais évoquer pour vous la dimension d’étrangeté de la chose c’est que la dualité et la suffisance de ce rapport ont depuis toujours leur modèle, je vous l’ai évoqué la dernière fois à propos des petits signes chinois, il y en a qui là, je me suis tout d’un coup impatienté de vous montrer des signes, ça avait l’air d’être fait uniquement pour vous épater, eh bien ! Le yin que je ne vous ai pas fait la dernière fois le voilà, — et le yang, voilà ; je le répète n’est-ce pas, voilà ! Un autre petit trait ici. Le yin et le yang, les principes mâle et femelle, voilà ce qui après tout n’est pas particulier à la tradition chinoise, voilà ce que vous retrouvez dans toute espèce de cogitation concernant les rapports de l’action et de la passion, concernant le formel et le substantiel, concernant Purusha, l’esprit, et Prakriti je ne sais quelle matière femellisée. Le modèle général de ce rapport du mâle au femelle est bien ce qui hante depuis toujours, depuis longtemps le repérage, le repérage de l’être parlant concernant les forces du monde, celles qui sont t’ien hsia sous le ciel. Il convient de marquer ceci de tout à fait nouveau, ce que j’ai appelé l’effet de surprise, de comprendre ce qui est sorti, quoi que cela vaille, du discours analytique. C’est qu’il est intenable d’en rester d’aucune façon à cette dualité comme suffisante, c’est que la fonction dite du phallus, qui est à vrai dire la plus maladroitement maniée, mais qui est là, qui fonctionne dans ce qu’il en est, non pas seulement d’une expérience, liée à ce je ne sais quoi qui serait à considérer comme déviant, comme pathologique, mais qui est essentiel comme tel à l’institution du discours analytique, cette fonction du phallus rend désormais intenable cette bipolarité sexuelle, et intenable d’une façon qui littéralement volatilise ce qu’il en est de ce qui peut s’écrire de ce rapport. Il faut distinguer ce qu’il en est de cette intrusion du phallus, de ce que certains ont cru pouvoir traduire du terme de « manque de signifiant ».

Ça n’est pas du manque de signifiant qu’il s’agit, mais de l’obstacle fait à un rapport. Le phallus, en mettant l’accent sur un organe, ne désigne, ne désigne nullement l’organe dit pénis avec sa physiologie, ni même la fonction qu’on peut, ma foi ! Lui attribuer avec quelque vraisemblance, comme étant celle de la copulation. Il vise de la façon la moins ambiguë, si on se rapporte aux textes analytiques, son rapport à la jouissance. Et c’est en cela qu’ils le distinguent de la fonction physiologique, il y a, c’est cela qui se pose comme constituant la fonction du phallus, il y a une jouissance qui constitue dans ce rapport, différent du rapport sexuel, quoi ? Ce que nous appellerons sa condition de venté. L’angle sous lequel est pris l’organe qui, au regard de ce qu’il en est de l’ensemble des vivants, n’est nullement lié à cette forme particulière ; si vous saviez la variété des organes de copulation qui existe chez les insectes, vous pourriez, ce qui est après tout le principe de ce qui est toujours d’un bon usage, à savoir l’étonnement, pour interroger le réel, vous pourriez certainement, en effet, vous étonner que ce soit particulièrement comme ça que ça fonctionne chez les vertébrés. Il s’agit ici de l’organe en tant — il faut bien qu’ici j’aille vite, car je ne vais pas enfin, m’éterniser, tout reprendre, qu’on se reporte aux textes dont je parlais tout à l’heure, la Direction de la Cure et les Principes de son Pouvoir —, le phallus, c’est l’organe en tant qu’il est, e.s.t, il s’agit de l’être, en tant qu’il est la jouissance… féminine. Voilà où et en quoi réside l’incompatibilité de l’être et de l’avoir.

Dans ce texte, ceci est répété avec une certaine insistance, et en y mettant certains accents de style, dont je répète qu’ils sont aussi importants pour cheminer que les graphes à quoi ils aboutissent ; et voilà ! j’avais en face de moi, comme ça, au fameux Congrès de Royaumont, quelques personnes qui ricanaient, enfin si tout est là, s’il s’agit de l’être et de l’avoir, ça leur paraissait n’avoir pas grande portée, l’être et l’avoir. On choisit ou : qu’ils choisissent, hein ! C’est pourtant ça qui s’appelle la castration. Ce que je propose est ceci, c’est de poser que le langage, n’est-ce pas, nous le mettons là, a son champ réservé dans cette béance du rapport sexuel, telle que la laisse ouverte le phallus, en posant que ce qu’il y introduit, ça n’est, non pas deux termes qui se définissent du mâle et du femelle, mais de ce choix qu’il y a entre des termes d’une nature et d’une fonction bien différentes qui s’appellent l’être et l’avoir. Ce qui le prouve, ce qui le supporte, ce qui rend absolument évidente, définitive, cette distance, c’est ceci, ceci dont il ne semble pas qu’on ait remarqué la différence, c’est la substitution au rapport sexuel de ce qui s’appelle la loi sexuelle. C’est là qu’est cette distance où s’inscrit qu’il n’y a rien de commun entre ce qu’on peut énoncer d’un rapport qui ferait loi en tant qu’il relève, sous une forme quelconque, de l’application telle qu’au plus près la serre la fonction mathématique, et une loi qui est cohérente à tout le registre de ce qui s’appelle le désir, de ce qui s’appelle interdiction, de ce qui souligne que c’est de la béance même de l’interdiction inscrite que relève la conjonction, voire l’identité, comme j’ai osé l’énoncer, de ce désir et de cette loi, et ce qui pose corrélativement pour tout ce qui relève de l’effet de langage, de tout ce qui instaure la demansion de la vérité d’une structure de fiction. La corrélation de toujours du rite et du mythe, dont c’est faiblesse ridicule de dire que le mythe serait simplement le commentaire du rite, ce qui est fait pour le soutenir, pour l’expliquer, alors que c’en est, selon une topologie qui est celle à laquelle j’ai fait depuis assez longtemps déjà un sort pour n’avoir pas besoin de la rappeler, le rite et le mythe sont comme l’endroit et comme l’envers, à cette condition que cet endroit et cet envers soient en continuité. Le maintien, le maintien dans le discours analytique de ce mythe résiduel qui s’appelle celui de l’Œdipe, Dieu sait pourquoi, qui est en fait celui de Totem et Tabou, où s’inscrit ce mythe tout entier de l’invention de Freud, du père primordial en tant qu’il jouit de toutes les femmes, c’est tout de même là que nous devons interroger d’un peu plus loin, de la logique, de l’écrit, ce qu’il veut dire. Il y a bien longtemps que j’ai introduit ici le schéma de Peirce concernant les propositions en tant qu’elles se divisaient en quatre, en universelles, particulières, affirmatives et négatives, les deux termes, les deux couples de termes s’échangeant. Chacun sait que de dire que : tout x est y, si le schéma de Peirce, Charles Sanders, a un intérêt, c’est de le montrer, c’est que de définir comme nécessaire que tout quelque chose soit pourvu de tel attribut, est une position universelle parfaitement recevable sans qu’il y ait pour autant aucun x. Dans la petite formule, le petit schéma de Peirce, je vous rappelle, ici nous avons un certain nombre de traits verticaux, ici nous n’en avons aucun, ici nous avons un petit mélange des deux, et que c’est du chevauchement de deux de ces cases que résulte la spécificité de telle ou telle de ces propositions. Et que c’est à rassembler ces deux quadrants qu’on peut dire : tout trait est vertical. S’il est pas vertical, il y a pas de trait. Pour faire la négative, ce sont ces deux-là qu’il faut réunir. Ou bien il n’y a pas de trait, ou bien il n’y en a pas de verticaux. Ce que désigne le mythe de la jouissance de toutes les femmes, c’est que le toutes les femmes, il n’y en a pas. Il n’y a pas d’universel de la femme. Voilà ce que pose un questionnement du phallus, et non pas du rapport sexuel, quant à ce qu’il en est de la jouissance qu’il constitue, puisque j’ai dit que c’était la jouissance féminine. C’est à partir de ces énoncés qu’un certain nombre de questions se trouvent radicalement déplacées. Après tout, mais il est possible qu’il y ait un savoir de la jouissance qu’on appelle sexuelle qui soit le fait de cette certaine femme. La chose n’est pas impensable, il y en a comme ça des traces mythiques dans les coins. Les choses qui s’appellent le Tantra, on dit que ça se pratique. Il est tout de même clair que depuis un bon bout de temps, si vous me permettez d’exprimer ainsi ma pensée, l’habileté des joueuses de flûte est beaucoup plus patente. C’est pas pour… jouer de l’obscénité que j’avance ça en ce point, c’est que, il y a ici, et je le suppose, il y a au moins ici une personne qui sait ce que c’est que de jouer de la flûte, c’est la personne qui récemment, me faisait remarquer à propos de ce jeu de la flûte, mais on peut le dire aussi à propos de tout usage d’instrument, quelle division du corps l’usage d’un instrument, quel qu’il soit, rend nécessaire. Je veux dire rupture de synergie. Il suffit de faire de n’importe quel instrument. Mettez-vous sur une paire de skis, vous verrez tout de suite que vos synergies doivent être rompues. Prenez une canne de golf, ça m’arrive ces derniers temps, j’ai recommencé, c’est pareil, hein ? Il y a deux types de mouvements qu’il faut que vous fassiez en même temps, vous n’y arrivez au début absolument pas, parce que synergiquement, ça ne s’arrange pas comme ça.

La personne qui m’a bien rappelé la chose à propos de la flûte, me faisait également remarquer que pour le chant, où en apparence, il n’y a pas d’instrument, c’est en ça que le chant est particulièrement intéressant, c’est que là aussi il faut que vous divisiez votre corps, que vous y divisiez deux choses qui sont tout à fait distinctes, pour que vous puissiez chanter, mais qui d’habitude sont absolument synergiques, à savoir la pose de la voix et de la respiration. Bon ! Ces vérités premières qui n’ont pas eu besoin de m’être rappelées, puisque aussi bien je vous disais que j’en avais ma dernière expérience avec la canne de golf, c’est ce qui laisse ouverte, comme une question, si il y a encore quelque part un savoir de l’instrument phallus. Seulement l’instrument phallus, c’est pas un instrument comme les autres, c’est comme pour le chant, l’instrument phallus, je vous ai déjà dit qu’il est pas du tout à confondre avec le pénis. Le pénis, lui, il se règle sur la loi, c’est-à-dire sur le désir, c’est-à-dire sur le plus de jouir, c’est-à-dire sur la cause du désir, c’est-à-dire sur le fantasme. Et ça, le savoir supposé de la femme qui saurait, là elle rencontre un os, justement, celui qui manque à l’organe, si vous me permettez de continuer dans la même veine ; parce que chez certains animaux, il y en a un d’os. Ça oui ! Là il y a un manque, c’est un os manquant, c’est pas le phallus, c’est le désir ou [et] son fonctionnement. Il en résulte qu’une femme n’a de témoignage de son insertion dans la loi, de ce qui supplée au rapport, que par le désir de l’homme. Là il suffit d’avoir une toute petite expérience analytique pour en avoir la certitude, le désir de l’homme, je viens de le dire, est lié à sa cause, qui est le plus de jouir, ou qui est encore comme je l’ai exprimé maintes fois, s’il prend sa source dans le champ du… d’où tout part, l’effet de langage, dans le désir de l’Autre donc, et la femme, à cette occasion, on s’aperçoit que c’est elle qui est l’Autre.

Seulement elle est l’Autre d’un tout autre ressort, d’un tout autre registre que son savoir, quel qu’il soit. Voilà donc l’instrument phallique posé, avec des guillemets, comme « cause » du langage, je n’ai pas dit origine. Et là malgré l’heure avancée, mon Dieu ! J’irai vite, je signalerai la trace qu’on en peut avoir, à savoir le maintien, quoi qu’on veuille, d’un interdit sur les mots obscènes. Et puisque je sais qu’il y a des gens qui m’attendent à ce quelque chose que je leur ai promis, de faire allusion à Eden, Eden, Eden, ah ! Et de dire pourquoi je signe pas les, comment qu’on appelle ça, les machins, les pétitions, à ce propos, c’est que, ce n’est pas certes que mon estime soit médiocre pour cette tentative ; à sa façon, elle est comparable à celle de mes Ecrits. À ceci près que, elle est beaucoup plus désespérée ; il est tout à fait désespéré de langagier l’instrument phallique. Et c’est parce que je le considère comme en ce point sans espoir que je pense aussi que ne peut se développer autour d’une telle tentative, que des malentendus. Vous voyez que c’est à un point hautement théorique que se place, dans l’occasion, mon refus. Là où je voudrais en venir est ceci : d’où interroge-t-on la vérité ? Car la vérité, elle peut dire tout ce qu’elle veut. C’est l’oracle. Ça existe depuis toujours, et après ça, on n’a plus qu’à se débrouiller. Seulement, il y a un fait nouveau, hein ? Le premier fait nouveau depuis que fonctionne l’oracle, c’est-à-dire depuis toujours, c’est un de mes écrits le fait nouveau, qui s’appelle La Chose freudienne où j’ai indiqué ceci que personne n’avait jamais dit, hein ? Seulement comme c’est écrit, naturellement vous ne l’avez pas entendu. J’ai dit que « la vérité parle Je ». Si vous aviez donné son poids à cette espèce de luxuriance polémique que j’ai faite pour présenter la vérité comme ça, je ne sais même plus ce que j’ai écrit, comme rentrant dans la pièce dans un fracas de miroir, ç’aurait peut-être pu vous ouvrir les oreilles. Ce bruit des miroirs qui se cassent, dans un écrit, ça ne vous frappe pas. C’est pourtant assez bien écrit, c’est là ce qu’on appelle l’effet de style. Ça vous aurait certainement aidé à comprendre ce que ça veut dire « la vérité parle Je ». Ça veut dire qu’on peut lui dire Tu et je vais vous expliquer à quoi ça sert. Vous allez croire bien sûr que je vais vous dire que ça sert au dialogue. Il y a longtemps que j’ai dit qu’il n’y en avait pas, de dialogue. Et avec la vérité, bien sûr encore moins. Néanmoins, si vous lisez quelque chose qui s’appelle La Métamathématique de Lorenzen, je l’ai apporté, c’est chez Gauthier-Villars et Mouton. Bon ! Et puis je vais même vous indiquer la page où vous verrez des choses astucieuses. C’est des dialogues, c’est des dialogues écrits, c’est-à-dire que c’est le même qui écrit les deux répliques. C’est un dialogue bien particulier, seulement c’est très instructif. Vous vous reporterez à la page 22. C’est très instructif et je pourrais le traduire de plus d’une façon, y compris en me servant de mon être et de mon avoir de tout à l’heure. Mais j’irai plus simplement pour vous rappeler cette chose sur laquelle j’ai déjà mis l’accent, c’est à savoir qu’aucun des prétendus paradoxes auxquels s’arrête la logique classique, nommément celui du Je mens, ne tient qu’à partir du moment où c’est écrit. Il est tout à fait clair que de dire Je mens est une chose qui ne fait aucun obstacle, étant donné qu’on ne fait que ça, alors pourquoi ne le dirait-on pas ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Que c’est seulement quand c’est écrit que là, il y a paradoxe, car on dit : « Là, bien ! Vous mentez ou bien vous dites vrai ? » C’est exactement la même chose que je vous ai fait remarquer dans son temps, que d’écrire : « le plus petit nombre qui s’écrit en plus de quinze mots ». Vous ne voyez là aucun obstacle, quand je vous le dis. Si c’est écrit, vous les comptez, vous vous apercevez qu’il n’y en a que treize, dans ce que je viens de dire. Mais ça ne se compte que si c’est écrit. Parce que si c’est écrit en japonais, je vous défie de les compter. Parce que là vous vous posez quand même la question, il y a des petits bouts, comme ça, de vagissements, des petits o et des petits oua, dont vous vous demanderez s’il faut le coller au mot, ou s’il faut le détacher et le compter pour un mot, c’est même pas un mot, c’est eh, c’est comme ça. Seulement, quand c’est écrit, c’est comptable.

Alors la vérité, vous vous apercevrez qu’exactement comme dans la métamathématique de Lorenzen, si vous posez qu’on ne peut pas à la fois dire oui et non sur le même point, là vous gagnez. Vous verrez tout à l’heure ce que vous gagnez. Mais si vous misez que c’est ou oui ou non, là vous perdez. Référez-vous à Lorenzen, mais je vais vous l’illustrer tout de suite. Je pose : il n’est pas vrai, dis-je à la vérité, que tu dis vrai et que tu mentes en même temps. La vérité peut répondre bien des choses, puisque c’est vous qui la faites répondre, ça ne vous coûte rien. De toute façon, ça va aboutir au même résultat, mais je vous le détaille pour rester collé au Lorenzen. Elle dit : « Je dis vrai ! » ; vous lui répondez : Je te le fais pas dire ! » Alors pour vous emmerder, elle vous dit : « Je mens. » À quoi vous répondez : « Maintenant, j’ai gagné, je sais que tu te contredis ! » C’est exactement ce que vous découvrez avec l’inconscient, ça n’a pas plus de portée. Que l’inconscient dise toujours la vérité et qu’il mente, c’est, de chez lui, parfaitement soutenable. C’est simplement à vous de le savoir. Qu’est-ce que ça vous apprend ? Que la vérité, vous n’en savez quelque chose que quand elle se déchaîne ; car elle s’est déchaînée, elle a brisé votre chaîne, elle vous a dit les deux choses aussi bien, quand vous disiez que la conjonction n’était pas soutenable. Mais supposez le contraire, que vous lui ayez dit : « Ou tu dis vrai, ou tu mens. » Ben là, vous en êtes pour vos frais. Parce que, qu’est-ce qu’elle vous répond : « Je te l’accorde, je m’enchaîne ; tu me dis : ou tu dis vrai ou tu mens et en effet ça c’est bien vrai. » Seulement alors là, vous, vous savez rien, vous savez rien de ce qu’elle vous a dit, puisque ou elle dit vrai ou elle ment, de sorte que vous êtes perdant. Ceci, je ne sais pas si ça vous apparaît dans sa pertinence, mais ça veut dire ceci dont nous avons constamment l’expérience, c’est que, qu’elle se refuse la vérité, alors ça me sert à quelque chose. C’est à ça que nous avons tout le temps à faire dans l’analyse et que, qu’elle s’abandonne, qu’elle accepte la chaîne, quelle qu’elle soit, eh bien ! J’y perds mon latin. Autrement dit ça… ça me laisse à désirer. Ça me laisse à désirer, et ça me laisse dans ma position de demandeur, puisque je me trompe de penser que je puis traiter d’une vérité que je ne puis reconnaître qu’au titre de déchaînée, vous montrer de quel déchaînement vous participez. Il y a quelque chose qui mérite d’être relevé dans ce rapport, c’est la fonction de ce quelque chose dont il y a longtemps que je le mets tout doucement comme ça sur la sellette, et qui se dénomme la liberté. Il arrive qu’à travers le fantasme, il y en ait qui élucubrent de certaines façons où sinon la vérité elle-même, du moins le phallus pourrait être apprivoisé. Je ne vous dirai pas dans quelles variétés de détails ces sortes d’élucubrations peuvent s’étaler. Mais il y a une chose très frappante, c’est que, mis à part une certaine sorte de manque de sérieux qui est peut-être ce qu’il y a de plus solide pour définir la perversion, eh ben ! Ces solutions élégantes, il est clair que, les personnes pour qui ça… c’est sérieux, toute cette menue affaire, parce que, mon Dieu ! le langage, ça compte pour elles, aussi l’écrit, ne serait-ce que parce que ça permet l’interrogation logique, car en fin de compte, qu’est-ce que c’est que la logique si ce n’est ce paradoxe absolument fabuleux que ne permet que l’écrit, de prendre la vérité comme référent ? C’est évidemment par ça qu’on communie, quand on commence par donner les premières, toutes premières formules de la logique propositionnelle, on prend comme référence qu’il y a des propositions qui peuvent se marquer du Vrai et d’autres qui peuvent se marquer du Faux. C’est avec ça que commence la référence à la vérité. Se référer à la vérité, c’est poser le faux absolu, c’est-à-dire un faux auquel on pourrait se référer comme tel. Les personnes sérieuses, je reprends ce que je suis en train de dire, auxquelles se proposent ces solutions élégantes qui seraient apprivoisement du phallus, ben c’est curieux, c’est elles qui se refusent. Et pourquoi, sinon pour préserver ce qui s’appelle la liberté, en tant qu’elle est précisément identique à cette non-existence du rapport sexuel. Car enfin, est-il besoin d’indiquer que ce rapport de l’homme et de la femme, en tant qu’il est, de par la loi, la loi dite sexuelle, radicalement faussé, c’est ce quelque chose qui quand même laisse à désirer qu’à chacun il y ait sa chacune, pour y répondre.

Si ça arrive, qu’est-ce qu’on dira ? Non certes que c’était là chose naturelle, mais puisqu’il n’y a pas à cet égard de nature, puisque La femme n’existe pas — qu’elle existe, c’est un rêve de femme, et c’est le rêve d’où est sorti Don Juan, s’il y avait Un homme pour qui La femme existe, ce serait une merveille, on serait sûr de son désir. C’est une élucubration féminine. Pour que, un homme trouve sa femme, quoi d’autre, sinon la formule romantique : c’était fatal, c’était écrit. Une fois de plus, nous voilà venus à ce carrefour qui est celui où je vous ai dit que je ferai basculer ce qu’il en est du vrai seigneur, du type qui est, ce qu’on traduit, fort mal ma foi, par l’homme, comme ça, un tout petit peu au-dessus du commun, c’est cette bascule, entre le hsing, cette nature telle qu’elle est inscrite par l’effet de langage, inscrite dans cette disjonction de l’homme et de la femme ; et d’autre part ce : « c’est écrit », ce ming, cet autre caractère, dont je vous ai déjà une première fois montré ici la forme, qui est celui devant lequel la liberté recule. TEXTE CHINOIS, MENCIUS : Mencius, Livre IV, chapitre II, § 26. Transcription « Wade. Meng Tzu yüeh : t’ien hsia chih yen hsing yeh, tze ku erh i i. ku chih i li wei pen. so wu yü chih chih, wei ch’i tzu yeh. ju chih chih io yü chih hsing shui yeh, tse wu wu yü chih i. yli chih hsing shui yeh, hsing ch’i so wu shih yeh. ju chih chih i hsing ch’i so wu shih, tse chih i ta i. t’ien chih kao yeh hsing ch’en chih yüan yeh. kou ch’iu ch’i ku ch’ien sui chih jih chih, k’e tso erh chih yeh. Transcription « Pin Yin Meng zi yue : tian xia zhi yan xing ye, ze gu er yi yi. gu zhi yi li wei ben. suo wu yu zhi zhi, wei qi zi ye. ru zhi zhi ruo yu zhi xing shui ye, ze wu wu yu zhi yi. yu zhi xing shui ye, xing qi suo wu shi ye. ru zhi zhi yi xing qi suo wu shi, ze zhi yi da yi. tian zhi gao ye xing chen zhi yuan ye. gou qiu qi gu qian sui zhi ri zhi, ke zuo er zhi ye. Traduction de M. G. Paut hier. Meng Tseu dit : Lorsque dans le monde on disserte sur la nature rationnelle de l’homme, on ne doit parler que de ses effets. Ses effets sont ce qu’il y a de plus important à connaître. C’est ainsi que nous éprouvons de l’aversion pour un faux sage, qui use de captieux détours. Si ce sage agissait naturellement comme Yu en dirigeant les eaux de la grande inondation, nous n’éprouverions point d’aversion pour sa sagesse. Lorsque Yu dirigeait les grandes eaux, il les dirigeait selon leur cours le plus naturel et le plus facile. Si le sage dirige aussi ses actions selon la voie naturelle de la raison et la nature des choses, alors sa sagesse sera grande aussi. Quoique le ciel soit très élevé, que les étoiles soient très éloignées, si on porte son investigation sur les effets naturels qui en procèdent, on peut calculer ainsi, avec la plus grande facilité, le jour où après mille ans le solstice d’hiver aura lieu. Traduction de S. Couvreur. Meng tzeu dit : « Partout sous le ciel, quand on parle de la nature, on veut parler des effets naturels. Les effets naturels ont d’abord cela de particulier, qu’ils sont spontanés. Ce qui nous déplaît dans les hommes qui sont prudents (mais d’une prudence étroite), c’est qu’ils font violence à la nature.

Si les hommes prudents imitaient la manière dont Tu fit écouler les eaux, rien ne nous déplairait dans leur prudence. Tu fis écouler les eaux de manière à n’avoir pas de difficultés (il profita de leur tendance naturelle). Si les hommes prudents agissaient aussi de manière à n’avoir pas de difficultés, leur prudence serait grande. Bien que le ciel soit très élevé et les astres fort éloignés de la terre, si l’on étudie leurs mouvements, on peut aisément calculer le moment du solstice d’hiver pour chaque année depuis dix siècles. Note des éditeurs. — Nous avons pensé être agréable au lecteur en donnant la version chinoise intégrale du § 26 de Meng Tzu dont Lacan n’avait cité et écrit que les deux premières phrases. Nous donnons ensuite les deux transcriptions phonétiques du même passage, en « wade » et en « pin yin », ainsi que deux traductions, celle de Couvreur à laquelle se réfère Lacan (1895) et celle, plus ancienne, de M. G. Pauthier (1851). Les transcriptions phonétiques des idéogrammes sont très nombreuses. Nous avons retenu celle dite « wade », toujours indiquée en premier, et celle dite « pin yin », donnée entre parenthèses, qui est le système adopté par la République populaire de Chine depuis 1952, et actuellement le plus usité. Dans le corps du texte, la transcription adoptée est celle dite « wade ». Les caractères wei (page 42) et wei (page 53) sont le même caractère, bien que leur graphie diffère. Il n’y a ni différence ni nuance de sens. Le Chouo wen ou shuo wen évoqué dans la Leçon 5 a été écrit par le philosophe Hsu Chen (ou Xu Shen en pin yin) en 100 ap. J.-C. (dynastie Han). Les trois derniers caractères de la première phrase de la sentence de Mencius sont erh i i, le caractère « conclusif », qui a également le sens de seulement, est donc le deuxième i.

Print Friendly, PDF & Email