Groupe niçois de psychanalyse lacanienne

INHIBITION

Lacan, Le Séminaire, Livre V, « Les formations de l’inconscient » p.117-118, séance du 11.12.1957 : Le vin de la parole est toujours là dans tout que je dis. /…/ Le peu de sens et le pas-de-sens sont tout le temps en train de s’entrecroiser, à la façon dont se croisent et se décroisent les mile navettes dont parle Freud dans la Traumdeutung. Mais aussi, ce vin de la parole, d’habitude il se répand dans le sable. Ce qui se produit entre moi et l’Autre est comme une communion spéciale entre le peu de sens et le pas-de-sens. Sans doute elle est plus spécifiquement humanisante qu’aucune autre, mais si elle est humanisante, c’est précisément que nous partons d’un niveau qui, des deux côtés, est très inhumain. Si à cette communion j’invite l’Autre, je vous dirais que j’ai d’autant plus besoin de son concours qu’il est lui-même le vase ou le Graal ; et c’est justement parce que le Graal est visé, que je pense dire que je m’adresse en lui à rien qui serait spécifié, à rien qui nous unisse en une communion, quelle qu’elle soit, qui tendrait à quelque accord de désir ou de jugement. C’est uniquement une forme constituée par ce dont il s’agit toujours  à propos du trait d’esprit, et qui dans Freud s’appelle inhibition.

Print Friendly, PDF & Email