Groupe niçois de psychanalyse lacanienne

NÉVROSE

 

  1. névrose E120 Thèse V: Une telle notion de l’agressivité comme l’une des coordonnées intentionnelles du moi humain, et spécialement relative à la catégorie de l’espace, fait concevoir son rôle dans la névrose moderne et le malaise de la civilisation
  2. névrose L03 176: Entre la signification et le signifiant il y a bien un rapport, qui est celui que fournit la structure du discours. Le discours /…/ est une chaîne temporelle signifiante. mais au niveau de la névrose /…/ le bonhomme, au lieu de se servir des mots, il se sert de tout ce qui est à sa dispositions /…/ il s’en couvre lui-même dans le dos, du signifiant, il y entre tout entier /…/
  3. névrose L09 14/03/62 p.277-78: Quelle est pour nous l’autorité /…/ de la névrose? /…/ ce qui fait la dignité du névrosé c’est qu’il veut savoir. /…/ Il veut savoir ce qu’il y a de réel dans ce dont il est la passion. /…/ Car le sujet qu’il sert justement est ailleurs, c’est ce que nous appelons son inconscient.
  4. névrose L09 14/03/62 p.281: Le névrosé /…/ veut savoir. /…/ Le névrosé veut transformer le signifiant en ce dont il est le signe /…/ en tant que signifiant est l’effacement principal de la chose /…/ Le névrosé veut effacer cet effacement, il veut faire que ça ne soit pas arrivé [Ungeschehen machen].
  5. névrose L09 30/05/62, p.471: la demande du sujet en tant qu’ici [figure, cf fantasme, L09B 6/6 478] deux fois elle se répète, inverse ses rapports/ D et a, demande et objet au niveau de l’Autre; /…/ la demande du sujet correspond à l’objet « a » de l’Autre, /…/ l’objet « a » du sujet devient la demande de l’Autre. Ce rapport d’inversion est essentiellement la forme la plus radicale que nous puissions donner à ce qui se passe chez le névrosé. Ce que le névrosé vise comme objet c’est la demande de l’Autre; ce que le névrosé demande /…/ c’est « a », l’objet de l’Autre. L’accent est mis différemment selon, les deux versants de la névrose. Pour l’obsessionnel l’accent est mis sur la demande de l’Autre, pris comme objet de son désir. Pour l’hystérique l’accent est mis sur l’objet de l’Autre, pris comme support de la demande.
  6. névrose L09 30/05/62, p.472: la prochaine fois, je vous montrerai comment, dans une autre référence de la coupure, le sujet en tant que structuré par le signifiant, peut devenir la coupure  « a » elle-même. Mais c’est justement ce à quoi le fantasme du névrosé n’accède pas, parce qu’il cherche les voies et les chemins par un passage erroné. Non point que le névrosé ne sache pas fort bien distinguer, comme tout sujet digne de ce nom, i(a) de « a » /…/ m ais ce que le névrosé cherche /…/ c’est à arriver à « a » par i(a). La voie dans laquelle s’obstine le névrosé, et ceci est sensible à l’analyse de son fantasme, c’est d’arriver à « a » en détruisant i(a) ou en le fixant. /…/ le plus exemplaire est le fantasme de l’obsessionnel. /…/ l’objet du fantasme sadique n’est pas détruit mais il est [au contraire] littéralement résistant à toute épreuve /…/ Ce à quoi le névrosé d’ailleurs aboutit effectivement, c’est à la destruction du désir de l’Autre. Et c’est bien pourquoi il est irrémédiablement fourvoyé dans la réalisation du sien.
  7. névrose L09 30/05/62, p.474: C’est cette confusion par où deux dissymétrie différentes se trouvent, pour le sujet, servir de support à ce qui est la visée essentielle du sujet dans son être, à savoir la coupure de « a », le véritable objet du désir où se réalise le sujet lui-même, c’est dans cette visée fourvoyée /…/ que réside non seulement le secret des effets de la névrose, à savoir que le rapport du narcissisme /…/ n’est pas le véritable support de la névrose, mais que pour que le sujet en réalise la fausse analogie l’important, encore que déjà le serrage, la découverte de ce noeud soit capitale pour nous orienter dans les effets névrotiques, [mais] c’est que c’est aussi la seule référence qui nous permette de différencier radicalement la structure du névrosé de celles que l’on appelle perverses et celles qu’on appelle psychotiques.
  8. névrose L09 11/04/62      388
  9. névrose L09, 20/06/62, p.                521
  10. névrose L09, p.13/06/62  511 *
  11. névrose L14 15/2/67 LEF3 12: le désir du névrosé tourne autour de quelque chose que l’on ne peut articuler autrement que comme une demande de l’Autre /…/ ce qui le mène /…/ à demander que l’Autre lui demande quelque chose. C’est aussi de l’angoisse de l’autre que dérive /…/ la position du sujet masochiste. Enfin un point de jouissance est essentiellement repérable comme jouissance de l’Autre [JA], notation sans laquelle il est impossible de comprendre ce dont il s’agit dans la perversion.
Print Friendly, PDF & Email