Groupe niçois de psychanalyse lacanienne

VERWERFUNG

Verwerfung: E11, 360, 363, 386, 387, 388, 577, 581, 582, 670, 874.

Verwerfung L01 Verwerfung 55 64

Verwerfung E563 : [dans le schéma R] Il nous semble bien alors que si le Créé I y assume la place de P laissée vacante par la Loi, la place du Créateur s’y désigne de ce liegen lassen, fondamental, où paraît se dénuder, de la forclusion du Père, l’absence qui a permis de se construire à la primordiale symbolisation M de la mère. De l’une à l’autre, une ligne qui culminerait dans les Créatures de la parole, occupant la place de l’enfant refusé aux espoirs du sujet (cf. post-scriptum), se concevrait ainsi comme contournant le trou creusé dans le champ du signifiant par la forclusion du Nom-du-Père (v. Schéma I, p.571).

Verwerfung E575 : Nous enseignons suivant FREUD que l’Autre est le lieu de cette mémoire qu’il a découverte sous le nom d’inconscient /…/ C’est dans un accident de ce registre et de ce qui s’y accomplit, à savoir la forclusion du Nom-du-père à la place de l’Autre et dans l’échec de la métaphore paternelle, que nous désignons le défaut qui donne à la psychose sa condition essentielle, avec la structure qui la sépare de la névrose.

Verwerfung E577 : “Pour que la psychose se déclenche, il faut que le Nom-du-Père, verwor­fen, forclos, c’est-à-dire jamais venu à la place de l’Autre, y soit appelé en opposition symbolique au sujet. […] Mais comment le Nom-du-Père peut-il être appelé par le sujet à la seule place d’où il n’ait pu, lui, adve­nir et où il n’a jamais été ? Par rien d’autre qu’un père réel, non pas du tout forcément par le père du sujet, par Un-père.

Verwerfung L01 64: J’ai déjà évoqué cette interruption si­gnificative, isolée, qui peut être le point tournant d’un moment de la séance analytique. /…/ Je vous ai également montré la signification de la parole non-dite parce que refusée, parce que verworfen, reje­tée, par le sujet.

Verwerfung. L01 80: C’est à l’aide de vides que le souvenir doit être revécu. /…/ Le réel /…/ est ce qui résiste absolument à la symbolisation. /…/ Chez l’H&L, la symbolisation du sens du plan génital a été verworfen. Aussi n’avons nous point à nous étonner que certaines interprétations, qu’on appelle interprétations de contenu, ne soient pas symbolisés par le sujet.  /…/ Quelque chose n’est pas encore franchi -qui est justement au-delà du discours, et qui nécessite un saut dans le discours. Le refoulement ne peut pas disparâitre purement et simplement, il ne peut qu’être dépassé, au sens d’Aufhebung.

Verwerfung L03 171 : De quoi s’agit-il quand je parle de Verwerfung? Il s’agit du rejet d’un signifiant primordial dans les ténèbres extérieures, signifiant qui manquera dès lors à ce niveau. Voilà le mécanisme fondamental que je suppose à la base de la paranoïa. Il s’agit d’un processus primordial d’exclusion d’un dedans  primitif /…/ celui d’un premier corps du signifiant. /…/ Qu’est-ce que veut dire le signifiant primordial? Il est clair que, très exactement, ça ne veut rien dire. /…/ Je ne crois nullement qu’il y ait nulle part un moment, un étape où le sujet acquiert d’abord le signifiant primitif, et qu’après cela s’introduise le jeu des significations /…/

Verwerfung L03 286 : La notion de Verwerfung vous indique qu’il doit y avoir déjà préalablement quelque chose qui manque dans la relation au signifiant dans la première introduction des signifiants fondamentaux. /…/ Ce serait dans le cas du président SCHREBER, l’absence du signifiant mâle primordial auquel il a pu sembler pendant des années pouvoir être égal, il avait l’air de tenir son rôle d’homme, et d’être quelqu’un, comme tout le monde.

Verwerfung L05 19/03/58: […] Verwerfung. C’est pour autant que de la part de l’Idéal du Moi le sujet peut se trouver lui-même, dans sa réalité vivante, dans cette posi­tion d’exclusion, que s’établit l’état dépressif comme tel. Mais ce dont il s’agit dans la formation de l’Idéal du Moi est un proces­sus tout opposé : il consiste en ceci en somme, que cet objet qui se trouve confronté à quelque chose que nous avons appelé privation, pour autant qu’il est un désir négatif, que c’est quelque chose qui peut être demandé, que c’est sur le plan de la demande que le sujet se voit refuser ce désir, cette liaison entre le désir en tant que refusé et l’objet.

Verwerfung L15 10 janv. 1968: L’acte du Cogito, c’est l’erreur sur l’être, comme nous le voyons ainsi dans l’aliénation définitive qui en résulte du corps qui est rejeté dans l’étendue ; le rejet du corps hors de la pensée c’est la grande Verwerfung [nous soulignons] de Descartes. Elle est signée de son effet qu’il repa­raît dans le réel, c’est-à-dire dans l’impossible. Il est impossible qu’une machine soit corps. C’est pourquoi le savoir le prouve toujours plus en le mettant en pièces détachées.

Verwerfung  L18 21/12/70 : Est-ce que nous ne voyons  pas dans cette espèce d’illustration incidente qui nous est donnée sous  la plume de quelqu’un qu’on peut aussi appeler un poète, qu’est PLATON, que ce dont il s’agit dans ces formes où rien ne dépasse, où rien ne se laisse accrocher, c’est de rien d’autre que -sans aucun doute- quelque chose qui a ses fondements dans la structure imaginaire – et je vous ai dit tout à l’heure qu’on pourrait le commenter- mais à laquelle l’adhésion, de ce qu’elle est effective, tient à quoi? à rien d’autre sinon à une  de la castration.

Verwerfung: L18 4/11/74  14: Il n’est de forclusion que du dire, que de quelque chose qui existe, l’existant étant déjà promu à ce qu’assurément il nous fait lui donner de statut. Que quelque chose puisse être dit ou non c’est de cela qu’il s’agit dans la forclusion.

Verwerfung: L22 4/11/74  p. 14]:Il n’est de forclusion que du dire, que de quelque chose qui existe, l’existant étant déjà promu à ce qu’assurément il nous fait lui donner de statut. Que quelque chose puisse être dit ou non c’est de cela qu’il s’agit dans la forclusion.

Verwerfung L23 09/12/75 ORN p.14: Il y a une Urverdrängung, il y a un refoulement qui n’est jamais annulé. Il est de la nature même du symbolique de comporter ce trou.

 

Verwerfung: STO 8/11/71 14: Il n’est de forclusion que du dire, que de quelque chose qui existe, l’existant étant déjà promu à ce qu’assurément il nous fait lui donner de statut. Que quelque chose puisse être dit ou non c’est de cela qu’il s’agit dans la forclusion [pas, point, rien, mie, etc.].

Print Friendly, PDF & Email