Groupe niçois de psychanalyse lacanienne

i(a)

 

i (a)  L09 02/05/62, p.420: Que la parole, en effet, fasse défaut en quelque chose à propos de l’angoisse, c’est en ceci /…/ qu’elle ne peut désigner qui parle, qu’elle ne peut référer à ce point i (a) le « je » du discours lui-même, le « je » qui dans le discours désigne celui qui actuellement parle. /…/ L’image vacillante que j’ai essayé de dresser devant vous de ma confrontation obscure avec la mante religieuse [L09 04/04/62, p.357] /…/ si j’ai d’abord parlé de l’image qui se reflétait dans son œil, c’était pour dire que l’angoisse commence à partir de ce moment essentiel où cette image est manquante [absence de la médiation imaginaire].

 

i (a)  L10 14/11/62 p.13: La capture narcissique /…/ la limite -qui est très précise- qu’elle introduit quant à ce qui peut s’investir dans l’objet et que le résidu, la cassure, ce qui ne peut s’investir dans l’objet va être proprement ce qui donne son support, son matériel, à l’articulation signifiante, qu’on va appeler sur l’autre plan-symbolique: la castration. L’empêchement survenu est lié à ce cercle qui fait que du même mouvement dont le sujet s’avance vers la jouissance, c’est-à-dire vers ce qui est plus loin que lui, il rencontre cette cassure intime toute proche /…/ de s’être laissé prendre en route à sa propre image, à l’image spéculaire [i(a)].

Print Friendly, PDF & Email