Groupe niçois de psychanalyse lacanienne

IDENTITÉ

 

identité E524: Quel est donc cet autre à qui je suis plus attaché qu’à moi, puisque au sein du plus assenti de mon identité à moi-même, c’est lui qui m’agite? Sa présence ne peut être comprise qu’à un degré second d’altérité, qui déjà se situe lui-même en position de médiation par rapport à mon propre dédoublement d’avec moi-même comme d’avec un semblable.

 

identité XXX un changement sur le plan  psychique qu’elles ne le font sur le plan corporel au moment de la puberté . Le signifiant c’est ce qui rend compte de toutes ces variation du nom. // Cela est essentiel lorsqu’on sait qu’il en va de la conservation de l’identité même du sujet et que ce dernier pourra être conduit à aliéner sa liberté, voire même à offrir sa vie pour soutenir son désir. Qui veut en savoir un peu plus long sur cette identité du sujet devra pousser la curiosité au delà de ce qu’une analyse ordinaire cherche à atteindre, ce qui implique une certaine sagacité de la part de l’analyste et une technique éprouvée.

 

identité L03 193 [La prochaine fois] nous mettrons en valeur les dissymétries que FREUD a toujours soulignées dans le complexe d’Oedipe, et qui confirment la distinction du symbolique et de l’imaginaire /…/ Pour la femme, la réalisation de son sexe ne se fait pas dans le complexe d’Oedipe, d’une façon symétrique à celle de l’homme, non pas par identification à la mère, mais au contraire par identification à l’objet paternel, ce qui lui assigne un détour supplémentaire . Mais le désavantage où se trouve la femme quant à l’identité de son propre sexe, quant à sa sexuation comme telle, se retourne dans l’hystérie en un avantage, grâce à son identification imaginaire au père, qui  lui est parfaitement accessible, en raison spécialement de sa place dans la composition de l’Oedipe .

 

identité L09 22/11/61, 23: /…/ la position que je  prends ici est en avance, en flèche, par rapport à celle de Jakobson concernant la primauté que je donne à la fonction du signifiant dans toute réalisation, disons, du sujet. Le passage de de Saussure auquel je faisais allusion tout à l’heure /…/ c’est celui où il essaie de montrer quelle est la sorte d’identité qui est celle du signifiant en prenant l’exemple de « l’express de 10 heures quinze ». /…/ Ce qu’il y a de vrai dans une telle affirmation suppose précisément, dans la constitution d’un être comme celui de « l’express de 10 heures quinze », un fabuleux enchaînement d’organisations signifiantes à entrer dans le réel par le truchement des êtres parlants. Il reste que ceci a une valeur en quelque sorte exemplaire pour bien définir /…/ les lois de l’identification en tant qu’identification de signifiant.

 

identité L09 13/12/61 p.96: C’est ailleurs que réside /…/ cette fonction de l’altérité /…/ par cette fonction, seulement par elle, cette répétition échappe à l’identité de son éternel retour sous la figure du chasseur cochant le nombre /…/ de traits par où il a atteint sa proie [ou sous la figure du divin Marquis qui compte ses « coups » avec son laquais].

 

identité L12 3/3/65 p.1: L’analogie est frappante avec ce concept [de zéro], avec ce que j’ai tente de vous formuler comme le sujet, comme apparaissant et disparaissant en une pulsation toujours répétée, comme effet de signifiant, effet toujours évanouissant et renaissant. /…/ Ainsi le sujet se manifeste comme un, comme s’originant dans une privation, et, en quelque sorte, par son intermédiaire enchaîné, rivé à cette identité qui /…/ n’est rien d’autre qu’une conséquence de cette exigence première, sans quoi rien ne saurait être vrai, mais qui laisse le sujet en suspens, accroché /…/ à ce que LEIBNIZ dit /…/ que l’identité n’est rien d’autre que ce sans quoi [rien] ne saurait être la vérité.

Print Friendly, PDF & Email