Groupe niçois de psychanalyse lacanienne

SCIENCE

 

science E 861 Écrits, p. 861.”C’est du côté de la logique qu’apparaissent les indices de réfraction di­vers de la théorie par rapport au sujet de la science. Ils sont différents pour le lexique, pour le morphème et pour la syntaxe de la phrase.

 

science E856:”Il faut une certaine réduction […] à la naissance d’une science ; réduc­tion qui constitue proprement son objet. C’est ce que l’épistémologie se propose de définir […] sans s’être montrée, à nos yeux au moins, égale à sa tâche. Car je ne sache pas qu’elle ait pleinement rendu compte par ce moyen [la réduction] de cette mutation décisive qui par la voie de la physique a fondé La science au sens moderne, sens qui se justifie d’un changement de style radical dans le tempo de son progrès, de la forme galopante de son immixtion dans notre monde, des réactions en chaîne qui caractéri­sent ce qu’on peut appeler les expansions de son énergétique.

 

science E856: [Freud, partagé] :”entre une notion de la réalité qui inclut la réalité psychique et une autre qui en fait le corrélat du système perception-conscience. Il doit être lu comme il se désigne en fait : à savoir la ligne d’expérience que sanc­tionne le sujet de la science.

 

science L15 10 janv. 1968.[…] j’ai pris pour fil conducteur l’année dernière un certain moment du sujet que je tiens pour être un corrélât essentiel de la science : un mo­ment historiquement défini dont peut-être nous avons à savoir s’il est strictement répétable dans l’expérience, celui que Descartes inaugure, et qui s’appelle le cogito. Ce corrélât, comme moment [], est les défi­lé d’un rejet de tout savoir, mais pour autant prétend fonder pour le su­jet un certain amarrage dans l’être, dont nous tenons qu’il constitue le sujet de la science, dans sa définition, ce terme à prendre au sens de porte étroite.

 

science L17 121 11 mars 1970, p. 121, Livre XVII, L’Envers de la psychanalyse, ,.”Quand je suis arrivé à l’École Normale, il s’est trouvé que des jeunes gens ce sont mis à discourir sur le sujet de la science. A la vérité, j’en avais fait l’objet du premier de mes séminaires de 1965. C’était perti­nent, ça n’existait pas, et le point vif où ils avaient cru le faire surgir, c’est-à-dire, dans le rapport du zéro au Un dans le discours de Frege, on leur a démontré que les progrès de la logique mathématique avaient permis de réduire complètement, d’évaporer le sujet de la science.

Print Friendly, PDF & Email